17.jpg

Elles sont multiples et variées.

Le rôle principal de la coordination est :


--de mettre en relation tous les intervenants de la chaine de prélèvements (urgentistes, réanimateurs, familles, radiologues,  biologistes, chirurgiens, anesthésistes, néphrologues, procureur, gendarmerie, tutelles, service de thanathologie….)
--d’organiser le prélèvement des reins  sur un donneur en état de mort cérébrale dans le respect des donneurs, de la législation en vigueur, des recommandations de bonnes pratiques.
--d’être en relation étroite avec l’Agence de Biomédecine pour tous les prélèvements.
--Elle a un rôle d’information et de formation auprès du personnel hospitalier qu’il soit ou non directement impliqué dans les prélèvements et la transplantation rénale.
--Elle organise la communication et notamment les campagnes de sensibilisation et de promotion du don d’organes auprès du grand public à travers les médias et en allant à la rencontre de la population. Des interventions sont programmées auprès des élèves des collèges et lycées, des étudiants de l’université, de l’école de commerce…Chaque année et, à la date du 22 Juin, des manifestations pour sensibiliser la population sont prévues lors de la « journée nationale de réflexion sur le don d’organes et la greffe et de reconnaissance aux donneurs ».



 


--Elle s’occupe du recensement des donneurs potentiels, ajuste les procédures intra-hospitalières en relation avec le service de la qualité, assure la formation continue de ses équipes, rédige les rapports d’activités du service de la coordination hospitalière des prélèvements d’organes et rend compte aux organismes de tutelle (direction du CHPF, Ministère de la santé et à l’Agence de la Biomédecine à Paris).

--Elle assure l’accompagnement des familles de donneurs.