4.jpg

LE  SERVICE  DE

MEDECINE ISOTOPIQUE

Depuis juillet 2016, le CHPF permet aux patients polynésiens d’avoir accès à une nouvelle technologie d’imagerie sur un appareil dénommé Gamma caméra, permettant de réaliser des diagnostics d’une grande précision, notamment en matière de pathologies cancéreuses, cardiaques, infectieuses et rénales.

Ce service permet également de mettre en place des traitements des pathologies thyroïdiennes à base d’iode 131. (Irathérapie)

Les examens étaient auparavant effectués en Nouvelle-Zélande ou en métropole, mais grâce à l’ouverture de ce service, les Polynésiens n’auront plus à partir pour les réaliser.

Les évacuations sanitaires ainsi évitées permettent un financement partiel, dans sa phase de lancement, du fonctionnement du service de médecine isotopique.

La mise en place de l’unité a nécessité une autorisation de la Direction de la Santé pour cet équipement lourd et a demandé un très gros travail d’organisation et de procédures.

Il s’agissait d’assurer la sécurité, la qualité des diagnostics et des traitements et la radioprotection pour les patients, le personnel et l’environnement.

Le service de médecine isotopique du CHPF est unique dans le Pacifique insulaire.

LE CHEF DE SERVICE est Dr Philippe- Emmanuel Dupire.

L’équipe est composée :

- d’un médecin isotopiste, Professeur Olivier-François Couturier,

-de  radio pharmaciens, Tumatarii Cross et François Gonnet,

-d’un cadre de santé, Joël, Patea Anania

-de  préparateurs en pharmacie, Teheva Mariteragi et Jean-Marie Tehahe,

-de deux manipulateurs d’électroradiologie, Albane Banzouzi et Céline Torrado,

-d’un physicien médical, Bruno Tchong Len

-et d’une secrétaire, Maiana Chanzy.

TECHNIQUE (imagerie/diagnostic/ traitement)

Les isotopes (différentes formes d’un même atome) émettent des radiations permettant de réaliser des images médicales (rayons X, rayons gamma) ou de soigner (radiothérapie interne).

Les isotopes utilisés en médecine isotopique sont généralement couplés à un médicament. (On parle de médicament radiopharmaceutique)  pour faire des images d’organes appelées scintigraphies. (scintigraphie des os, du cœur, des poumons, des reins…)

Grâce à cette technique, l'organe devient lui-même émetteur de lumière gamma et cela permet d’obtenir une image de son fonctionnement ou de son métabolisme.

Par ailleurs, l’irathérapie (administration de l’iode 31) permet de traiter à l’échelle cellulaire et moléculaire des lésions cancéreuses (radiothérapie interne sélective)

Le principe de la médecine isotopique  consiste en l'administration au patient d'une très petite quantité de radio pharmaceutique (dose traceuse), généralement par voie veineuse.

Il s’agit d’une imagerie médicale par émission de rayon gamma par l’organe étudié.

Ce procédé est très différent du diagnostic par rayons X (radiologie standard et scanner) où le rayonnement est externe et traverse le corps pour former une image morphologique.

On comprend donc que l’'imagerie isotopique est une imagerie en 3D de la fonction de l’organe alors que la radiologie (et notamment le scanner) fournit des informations sur l’anatomie.

iso1 

On peut observer sur cette scinthigraphie que les vertèbres « colorées » émettent de la lumière gamma, et correspondent à des métastases osseuses évolutives.

 

iso9

Préparation des médicaments radiopharmaceutiques dans cet isolateur

 

iso10

La Gamma caméra