2.jpg

 

sidaIconJOURNEE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LE SIDA, le 1er Décembre.

C’est l’occasion d’insister sur le fait que nous devons être tous réunis dans le but de combattre cette maladie infectieuse.

Au CHPF,

*Le docteur Lam NGUYEN, responsable du centre de consultation spécialisé en maladies infectieuses et tropicales (CCSMIT), tire la sonnette d’alarme face au développement de cette maladie, et par la même occasion, celui de toutes les autres infections sexuellement transmissibles (IST).

En effet, ces maladies sont malheureusement en nette augmentation depuis plus de 2 ans.

L’équipe de Dr NGUYEN a pour projet de se rapprocher de la population pour effectuer les dépistages. Un camion serait nécessaire pour rejoindre les personnes les plus vulnérables en sillonnant les rues de Papeete. (contact :Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. pour le bénévolat et les dons)

*Le docteur Fabrice CHAIX, du service de médecine interne, constate que le nombre d’hospitalisations est en augmentation depuis environ 2 ans avec la découverte de la maladie souvent à un stade tardif car non dépistée auparavant.

Il souhaite, là aussi, mettre l’accent sur le dépistage car plus tôt l’infection sera détectée et plus vite la prise en charge correspondante sera efficace.

Le Ministère de la santé, met en place plusieurs actions de prévention durant cette journée. (développement du réseau de distribution de préservatifs gratuits, diffusion de spots, films, témoignages, théâtre de rue, concerts le 9,10 et 11 décembre,…)

Les chiffres du SIDA

On enregistre, au CHPF :

SIDA :

En 2013 ⇒ 7 hospitalisations (pour 7 patients différents et porteurs du VIH)

En 2014 ⇒ 14 hospitalisations (pour 11 patients différents et porteurs du VIH) (recueil non exhaustif)

En 2015 ⇒ 25 hospitalisations (pour 16 patients différents et porteurs du VIH)

 

Causes du SIDA

VIH désigne le Virus de l’Immunodéficience Humaine. Il est transmis par voie sexuelle, sanguine, et de la mère à l’enfant. Il cible les lymphocytes T, cellules essentielles au bon fonctionnement du système immunitaire. Sur le long terme, le VIH affaiblit le système immunitaire et les personnes infectées développent de graves maladies. Ces maladies sont qualifiées de « maladies opportunistes » car elles sont causées par des micro-organismes inoffensifs pour les personnes dont le système immunitaire fonctionne normalement.

 Le syndrome de l’immunodéficience acquise (sida) est le dernier stade de l’infection par le VIH. Il correspond au développement d’une ou de plusieurs maladies opportunistes chez les personnes infectées.

 Symptômes du SIDA

Le tableau clinique de l’infection par le VIH évolue selon les différents stades de la maladie. Dans un premier temps la personne infectée peut rester asymptomatique ou bien développer les symptômes d’une phase appelée primo-infection. Survenant après une période d’incubation de plusieurs semaines, la primo-infection est caractérisée par des signes cliniques analogues à ceux rencontrés en cas de grippe (forte fièvre, douleurs musculaires, maux de tête, diarrhée).

 Après la primo-infection débute une phase asymptomatique qui peut durer plusieurs années. Durant cette période, la présence du virus est plus discrète mais les personnes infectées restent contagieuses. Le VIH affaiblissant progressivement le système immunitaire, la maladie entraîne ensuite l’apparition d’autres symptômes : perte de poids, fièvre, infections de la peau, diarrhée et toux.

 Sans traitement, la maladie évolue vers le Syndrome de l’Immunodéficience Acquise, dit sida, stade ultime de l’infection par le VIH. Cet état est marqué par l’apparition de maladies dites « opportunistes », car elles surviennent en raison du l’affaiblissement du système immunitaire provoqué par le VIH. Les malades développent alors de multiples infections d’origine bactérienne, fongique et parasitaire, ainsi que certains cancers.

 Traitement du SIDA

Actuellement, aucun traitement ne permet d’éliminer complètement le VIH de l’organisme. Malgré l’absence de vaccin, des traitements adaptés permettent aux personnes séropositives de bloquer la multiplication du VIH dans leur organisme et ainsi de garder un système immunitaire opérationnel. Ces traitements sont appelés trithérapies ou multithérapies car ils combinent l’action de plusieurs molécules antirétrovirales. Il faut préciser que les antirétroviraux sont parfois responsables d’effets secondaires, parmi lesquels : nausées, vomissements, fatigue, perte d’appétit, fièvres, diarrhées, réactions cutanées.

Dépistage du SIDA

Des signes communs à toute infection virale peuvent apparaître (fièvre, douleurs, fatigue), mais il n'y a pas de maladie grave ou spécifique. Seul un test de séropositivité au VIH révèlera la présence du virus dans le sang.

Centres de dépistage ANONYME ET GRATUIT du SIDA:

*CHPF, Centre de Consultation Spécialisé en Maladies Infectieuses et Tropicales (CCSMIT), niveau 1, côté mer, Tél : 40.48.62.05

*Centre de la mère et de l’enfant, Pirae, côté « protection maternelle », Tél : 40.47.33.20

*Dispensaire de Vaitavatava, Papeete, gare routière, tél : 40.54.98.38

*Fare Tama Hau, Papeete, Fare Ute, tél : 40.48.80.50

*Dispensaire de Faaa, mairie de Faaa, tél : 40.85.08.57

*Hôpital de Taravao, consultations externes, tél : 40.54.77.87 ou 40.54.77.62

*Hôpital d’Afareaitu, Moorea, consultations externes, tél : 40.055.22.24

*Dispensaire d’Uturoa, Raiatea, tél : 40.60.02.01

*Hôpital de Taioahe, Marquises, Nuku Hiva, consultations externes, tél : 40.91.02.00

*Centre médical de Tubuai, tél : 40.93.22.50

*Centre médical de Rurutu, tél : 40.93.04.40

FabriceCHAIX                                                              

LamNGUYEN

DOCTEUR Fabrice CHAIX

SERVICE DE MEDECINE INTERNE DU CHPF

 

DOCTEUR Lam NGUYEN

Centre de Consultation Spécialisé en Maladies Infectieuses et Tropicales au CHPF (CCSMIT)

 

sida flyer1

sida flyer2